Archives pour la catégorie Polynésie

D’îles en îles

Moi aussi je peux donner des chiffres ( y’a pas que Georges ! ), mais pas d’inquiétude ça reste simple !

Depuis qu’on est arrivés à Papeete on a effectué 7 décollages et 7 atterrissages en Polynésie dans 6 îles différentes (Moorea c’était juste une escale) et depuis le début du voyage déjà 15 vols (30 décollages et autant d’atterrissages). Demain matin on s’envole de bonne heure, pour la Nouvelle Zélande.

Alors en 5 semaines polynésiennes on a vu au moins 9 fruits qu’on ne connaît pas trop en métropole…

fruits

De haut en bas, de gauche à droite : uru (fruit de l’arbre à pain), banane plantain (à cuire), noix de coco (pas mûres), tomates d’arbres, mangues, ???, le corossol, goyave, tamarin.

Des poules et des coqs par dizaines… ils sont capables de chanter toute la nuit (de pleine lune), de préférence à côté de notre chambre ! Bon je préfère quand même ça aux chiens qui sont tentés par nos mollets qui moulinent hardiment sur les vélos ( surtout à Bora Bora)…

coq

 

Si on veut être tranquilles on peut déménager au large de l’île de Raiatea, on a repéré quelques îles désertes…

îles

Mais la ville d’Uturoa sur Raiatea est surtout la capitale administrative des Îles sous le Vent et peut-être qu’il est encore temps de se reconvertir car c’est quand même sympa de travailler dans un tel environnement… même pour les impôts…

finances

Beaucoup de métropolitains (profs, gendarmes, personnel soignant) viennent d’ailleurs s’installer ici pour quelques années car en plus d’un magnifique environnement, les avantages financiers sont très importants (salaire majoré, primes).

Mais quelques-uns arrivent aussi au moment de la retraite et on a trouvé une petite cabane les pieds dans l’eau qui pourrait plaire à certain(s) qu’on connaît bien… N’est-ce pas Bill ?

maisonnette

Il faut dire que la vie dans les îles est plutôt tranquille, les polynésiens sont très accueillants, souriants et, le tutoiement est de rigueur pour tout le monde ici, aiment discuter tranquillement sous un cocotier ou au bord de l’eau (surtout si ça leur permet de faire une pause ! et les pauses ils aiment beaucoup !). la vie dans les villages commence très tôt, les écoliers étudient dès 7h30, les magasins ouvrent en même temps (voire 5h30 pour des boulangeries !) et ils ferment souvent vers 17h. Ils suivent beaucoup plus l’heure solaire…

Une chose nous a aussi étonné dans ces îles petites et peu peuplées (de 1200 à 6000 habitants) on trouve beaucoup d’églises différentes…

églises

Et autant de religions : Catholiques, protestants, témoins de Jéhovah, mormons, adventistes du 7ème jour… et les cimetières n’existent qu’à Tahiti, dans les îles les morts ont leurs tombes dans le jardin (imaginez la difficulté en cas de vente de la maison ou du terrain !).

Mais revenons à nos paysages paradisiaques…

huahine

Dernière île visitée, Huahine, montagneuse et sauvage par sa végétation importante, où nous étions installés au bord du lagon très poissonneux…

bateau

Et avant de quitter la Polynésie, un dernier tour sur l’île de Tahiti, à Papeete que nous avions découvert en arrivant fin août…

Papeete

 

Une petite visite au marché local, coloré et odorant avec tous les colliers de fleurs de tiaré…

marché

Et les fleurs ce n’est pas ce qui manque au bassin de la Reine au cœur de la ville…

nénuphards

C’est sûr qu’il y a de belles choses à découvrir par ici et la douceur de vivre aide bien à passer de superbes moments tranquilles ou sportifs (chacun y fait ce qu’il veut !). C’est loin de la France métropolitaine mais on a bien profité de notre séjour, on a eu raison de s’arrêter en volant de l’île de Pâques à la Nouvelle Zélande !!!

Et puisqu’ici tout commence et tout fini avec des fleurs en voici quelques unes rien que pour vous…

collage fleurs

 

Allez, Topette !

Ia Orana de Maupiti

Suite de notre séjour sur l’île de Maupiti, entre terre et mer, entre jardin végétal et jardin de corail, entre fleurs et raies….

fleurs

3 ou 4 fois dans l’année une vague se forme au niveau de la barrière de corail et vient perturber pendant toute une journée la tranquillité du lagon. Toute les 10 minutes la vague déferle et c’est un vrai jour de fête pour les polynésiens ! Tout le monde abandonne son travail, saute dans les pirogues, kayaks ou sur les paddles et attend la vague. Faut dire que les distractions sont rares et tout le monde aime bien se retrouver à l’eau en rigolant !

sport

Le couple d’employés de la pension où nous logeons, Koko et Poé, nous ont emmené en bateau pour plonger et découvrir des raies Manta, les plus grandes raies au monde !

bateau

Elles peuvent atteindre 9 mètres d’envergure et peser jusqu’à 3 tonnes. Mais elles sont complètement inoffensives. Des poissons parasites (rémoras) viennent s’accrocher à elles pour essayer de grappiller des restes de nourriture tandis que d’autres, plus petits, nettoient leurs chairs enflammées pour éviter les infections.

Il était facile de les voir du dessus car l’eau est extrêmement limpide mais nous avons confié la caméra à Koko qui sait plonger très facilement avec son masque et tuba, à 10 mètres, et qui les a filmées pour nous !

Selon l’estimation de notre spécialiste, elles étaient “adolescentes” car elles ne mesuraient qu’environ 3 mètres d’envergure ! Mais impressionnantes quand même !

Nous sommes aussi allés voir des raies pastenagues qui, elles, vivent sur les fonds sableux à faible profondeur. Elles se sont promenées entre nos pieds en nous touchant de leur peau douce comme du velours.

Pas de requin en vue donc pas de danger, on a juste fait attention de ne pas marcher sur la queue des raies car leur dard peut être dangereux.

Nous poursuivons notre séjour polynésien sur l’île de Raiatea, 10 fois plus grande que Maupiti et on vous la fera visiter très bientôt…

Mais maintenant, et je sais que vous êtes impatients, voici le résultat de notre petit jeu musical. Bravo à Magalie ( vraiment très forte !) qui a trouvé le nom du groupe, Flash Cadillac and The Continental Kids ! Ce groupe peu connu a eu son heure de gloire grâce à une apparition dans American Graffiti, dans un épisode de la série culte Happy Days et dans Apocalypse Now. Et non ce n’était ni les Rubettes ni les Beach Boys mais Coco avait bien cherché mais pas trouvé le bon interprète. la carte postale partira dès réception de l’adresse postale de la gagnante par mail.

Et une belle journée ne serait pas complète sans son coucher de soleil qui ravit toujours le photographe…

soleil

Allez, Topette !

Sur la route depuis quatre mois

Et on ne voit pas le temps passer !

On vous propose aujourd’hui de venir avec nous sur la petite île de Maupiti, 13,5 km2 et 1200 habitants, une des îles de l’archipel de la Société. Bon ça c’est le point culturel et géographique mais si vous voulez profiter de plages de sable blanc, de l’ombre des cocotiers, d’un lagon turquoise qu’on peut traverser à pied, d’un tel calme qu’on se croirait sur une île déserte (enfin presque s’il n’y avait pas les coqs qui commencent à chanter dès 9 h le soir !!!) c’est ici qu’il faut venir !

Après seulement 20 minutes d’avion en partant de Bora Bora, on découvre du ciel un île montagneuse pleine de charme et sauvage.

maupiti avion

Nous sommes ensuite arrivés à notre pension (photo du haut) par bateau…

pension

Les moyens de transport sont variés sur l’île : voiture, kayak, vélo, paddle. Alors on fait des essais, sportifs come on est…

Georges

Et oui, encore une fois, on profite de notre beau voyage, on déguste de la langouste, on fait sécher le paréo sur la plage de la pension, on admire les différentes nuances de bleu (plus c’est foncé, plus c’est profond) et on découvre quelques oiseaux d’ici.

méli mélo

Mais pour autant on ne vous oublie pas, on a bien vu que vous avez aimé notre dernier film, alors on a récidivé ! Mais on corse un peu la chose en y ajoutant une musique interprétée par un groupe injustement méconnu et on enverra une carte postale polynésienne à la première ou au premier qui nous citera ce groupe.

Bonne chance !

Un conseil en passant, n’essayez pas de régler la couleur de votre ordinateur, la couleur rouge des personnages est seulement due au soleil dont on ne s’est pas assez méfiés ! On est donc juste un peu “cramés” encore une fois !!!

Allez, Topette !