Archives pour la catégorie Argentine

Elles sont là et elles sont grosses !

Contrairement à ce que pensent certains, il n’est évidemment pas possible dans cette région et dans une eau relativement froide de nager avec les baleines !

Comme on est dans une baie bien protégée des courants froids, les baleines franches australes viennent se reproduire dans une eau un peu plus chaude avant de repartir vers l’Antarctique où elles vont passer l’été.

Près de 1000 baleines passent dans la baie de Puerto Madryn et de la péninsule Valdès de juin à décembre et on peut en voir beaucoup en août. Comme on était justement de passage (surtout on était venus exprès pour elles !) on a pu en voir plein de la plage de Las Canteras. et on résume en un mot : Impressionnant !bal 1

On voit leurs 2 nageoires latérales et leur queue qui sortent de l’eau quand elles batifolent souvent par deux…

Elles sont énormes : de trente à cinquante tonnes pour une longueur pouvant atteindre les dix huit mètres avec une envergure de cinq mètres.

Les scientifiques pensent que la baleine franche australe est très portée sur l’activité sexuelle. Cette déduction vient du fait que ses deux testicules peuvent peser jusqu’à une tonne et qu’elle possède le plus grand pénis du règne animal (mais on n’a pas de photo…).

bal2

Elles peuvent rester 6 à 8 minutes sous l’eau avant de ressortir souffler par leurs 2 évents (narines) des jets d’eau qui peuvent atteindre 4 mètres de haut !

Leur tête, qui représente un tiers de leur longueur totale, possède des callosités où viennent s’installer de petits crustacés parasites.

bal3

Elles filtrent le plancton à travers leurs fanes.

queue

Elles plongent de temps en temps, il faut être attentif pour les prendre en photo à ce moment là…

BAL4

Une photo pour vous donner une idée de la courte distance qui nous séparait des baleines.

On avait réalisé plusieurs vidéos avec la caméra mais le grand angle de la GoPro donne l’impression que les animaux sont très loin et du coup on ne voit pas grand chose. Déception ! Mais heureusement Georges avait fait un petit film avec l’appareil photo et ça vous donnera une idée du spectacle !

Sur le chemin du retour on a vu quelques oiseaux qui ravissent toujours oiseauxle photographe…

 

… tout comme les couchers de soleil .

bal5

 

Aujourd’hui nous sommes allés au “Musée océanographique de l’homme et de la mer” pour nous documenter et partager avec vous nos nouvelles connaissances.

bal6

Il faudra réviser votre espagnol.

Et le squelette d’une baleine est aussi imposant…

bal7

 

Le musée est situé à l’intérieur d’une très jolie bâtisse.

musée 1

Avec un escalier rigolo…

musée2

 

C’est bientôt la fin de notre séjour en Patagonie, si vous voulez nous voir nous sommes là jusqu’à demain midi…

bal 8

 

Allez, Topette !

Adios Buenos Aires

Notre pause à Buenos Aires touche à sa fin. Nous avons passé deux semaines très agréables dans la capitale argentine, dans des appartements confortables, ce qui nous a changé des rotations d’hôtels tous les 2 ou 3 jours.

Nous ne pouvions pas partir sans faire une dernière balade dans quelques quartiers de cette ville que nous n’avions pas visités ou que nous voulions revoir.

Recolta3

Le week-end est le moment de la féria du quartier Recoleta. Les portenos en profitent pour sortir et quand le ciel est clément, ils pique-niquent sur les pelouses (hummm les bons choripans !).

Recoleta1

Le ciel était bleu et nous en avons profité pour lever le nez pour voir qu’aucune des pendules n’était à l’heure (comme partout en Amérique du Sud d’ailleurs y compris dans les gares).

Recoleta2

C’est dans ce quartier qu’on a pu admirer la Floralis Generica de l’architecte argentin Eduardo Catalano. Avec ses cinq pétales métalliques géants, c´est la première sculpture en mouvement contrôlée par un système hydraulique et cellules photoélectriques qui lui permet de s’ouvrir tous les matins à 8h00 et de se fermer à la tombée du jour, à un horaire qui change selon la saison grâce à une horloge interne (le tout sous l’œil attentif de l’oiseau masqué !).

Pour les ferrailleurs intéressés : poids 18 tonnes, hauteur 20 mètres.

Telmo2

Et puis comme on aime beaucoup le quartier, on est retourné à San Telmo pour vérifier si on avait bien tout vu !

Telmo3

On a bien fait ! Entre deux magasins d’antiquités, on avait raté la Casa Minima (à droite), la maison la moins large de Buenos Aires (2,50 mètres de façade). Ca ne doit pas être facile à meubler un couloir pareil !

Telmo5

Il y a aussi quelque patios de vieilles maisons coloniales reconverties en commerces qui nous avaient échappés.Telmo4

Et quelques portes ouvertes pourraient donner des idées de décoration….. si on était chez nous !

Telmo1

Quand on parle décoration, les murs se souviennent que l’icône des rebelles du monde entier était un enfant du pays !

Telmo6 Telmo7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi des décorations plus modernes (qui marchent fort d’ailleurs !) que nous ne pensons pas adopter pendant notre voyage ….. De toute façon les tatouages ne supportent pas bien le soleil qui est largement prévu dans la suite de notre périple !!!

Quoique certains modèles soient assez plaisants …

 

 

 

 

 

 

 

Toutes ces balades assoiffant le promeneur, il était temps de trouver un lieu propice où se désaltérer.

Tortoni

Le plus vieux café et le plus réputé (snob ?) de Buenos Aires, le café Tortoni, a fini par nous ouvrir ses portes après une attente d’une demi-heure pour un café réparateur.

Ce café a été fondé en 1858 par un français et organise tous les soirs des spectacles (dont du tango, bien évidement !) dans une petite salle dédiée.

Library

Et puis il fallait bien aussi que la Martinette repasse par une librairie pour se replonger dans des odeurs familières, et des bruits feutrés….. Celle-ci est très belle et bien achalandée contrairement à certaine librairie Angevine ! En plus, on peut boire un coup et manger un morceau, on se nourrit l’esprit et le corps (il y a même du Jack Daniel’s sur la carte, c’est donc un lieu hautement recommandable ….).

Mayo

Avant de partir, un dernier coup d’œil à la plaza de Mayo, haut lieu des luttes sociales et de manifestations argentines, notamment des “Mères de la place de Mai” dont les enfants ont disparus, assassinés pendant la dictature militaire entre 1976 et 1983 et qui y effectuent des rondes hebdomadaires depuis 1977.

Voilà la parenthèse Buenos Aires se referme et demain nous reprenons nos bonnes habitudes de voyageurs au long court : 20 heures de bus et on sera arrivés à Puerto Madryn (les curieux de géographie argentine peuvent chercher sur la carte, c’est l’entrée de la péninsule Valdès) où nous espérons voir des baleines. Et oui, il faut le savoir, c’est la saison des baleines en Patagonie !

Allez, Topette !

Palermo…

… quartier bobo de Buenos Aires avec ses magasins de créateurs, ses bistrots à la mode, ses studios de télévisions, ses parcs et jardins, ses murs décorés et aussi notre nouveau chez-nous pour une semaine.

12

C’est le quartier chic de Buenos Aires qui ressemble sans doute le plus aux quartiers chics des grandes capitales européennes.

Il y a quand même une chose qui nous surprend (et déplait ) ici, ce sont les trottoirs sales et abîmés. Nous pensons que chacun est propriétaire de son bout de trottoir et l’entretient (ou pas !) comme il veut. Et une des particularité de l’Amérique du Sud c’est la multiplicité de chiens ! On ne sait pas vraiment à qui ils appartiennent mais ils sont nourris, couverts et entretenus par des argentins fous de ces bêtes. Evidemment le principal problème lié aux chiens sont les crottes !!! Et il y en a partout ! Il va falloir livrer un grand nombre de motos crottes à l’Argentine pour régler le problème !

En faisant bien attention où on met les pieds, on peut quand même aussi lever le nez pour visiter…

11

Plutôt que de visiter les boutiques de vêtements classes, on préfère rester dans la rue pour nous baguenauder tranquillement…

2

 

Il y a pas mal de couleurs ici aussi et surtout des graffitis, c’est une spécialité de la ville.

1

 

Des murs rendus gais…

3

4

5

Et on a visité avec plaisir des belles librairies – café – restaurant… concept typiquement  porteño (en espagnol, littéralement « les habitants du port » de Buenos Aires), qui permet au clients de prendre leur temps ! On en a vu une qui avait café au rez de chaussée, livres au premier et restaurant au second d étage !6

 

Mais c’est aussi une ville de contrastes avec parfois des véhicules d’un autre temps…

7

Dont la célèbre R12, spécialité argentine sur un continent plutôt spécialisé dans la Coccinelle !

Nous sommes aussi allés prendre l’air au jardin botanique situé au sud du quartier…

8

 

Quelques fleurs hivernales…

9

Et des fruits pour les oiseaux.

10

 

Nous profitons de la semaine pour préparer notre séjour en Polynésie où nous resterons 5 semaines à partir du 26 août et il n’est pas simple de faire coïncider les vols vers les différentes îles et les hébergements disponibles !

Heureusement qu’on a notre pied à terre ici qui nous permet de prendre notre temps pour caler tout ça !

Mais on ne va pas rester s’encroûter ici, les baleines nous attendent dimanche à Puerto Madryn !!!

Allez, Topette !