Drôles d’oiseaux

Un billet spécial volatiles aujourd’hui pour vous présenter divers oiseaux que nous avons rencontrés en Australie.

Comme le reste de la faune du pays, il faut vraiment venir ici pour voir des oiseaux en liberté qu’on ne rencontrerait qu’en volière ou au zoo chez nous.

oiseaux

De jolies tourterelles aux yeux bleus ou à houppette, des pies (mais pas les mêmes) et des échassiers qui se promenaient tranquillement à côté de la camionnette.

oiseaux 2

Je ne me souviens plus du nom de l’oiseau à crête rose (???) mais on a bien vu le martin pêcheur (ou Kookaburra), oiseau emblématique du pays, qui est bien apprécié car il est carnivore et chasse les serpents. Au détour d’une petite route, un dindon s’est fait beau pour qu’on ne l’écrase pas, et au bord de l’océan une mouette se faisait entendre pour qu’on ne lui pique pas sa place ! D’ailleurs on n’a jamais vu et entendu autant d’oiseaux qu’ici, et ils commencent alors qu’il ne fait même pas jour !!!!

2 autres spécimens de la même famille…

spatule et ibis

L’oiseau spatule, assez rare à rencontrer mais très bizarre avec son bec aplati, et l’ibis à cou noir. Ce dernier est lui très présent, il essaie de trouver de la nourriture partout, même dans les poubelles et sur les tables des restaurants. Pas vraiment farouche l’animal !

Les premiers à se réveiller (et à se coucher) sont sans doute les nombreux perroquets qu’on rencontre partout, même ici sur le rebord de la fenêtre de l’appartement qu’on a loué à Sydney.

parrots

Le soleil doit influencer la couleur de leur plumage…

Mais, là, attention, on va aborder un sujet auquel Georges tient particulièrement. L’histoire commence en 2012 lors de notre voyage aux Seychelles où nous nous baguenaudions tranquillement sur les petites routes de l’île principale de Mahé (tranquillement car Georges conduisait pour la première fois à gauche avec le volant à droite). De toute façon ça n’a pas d’importance car tout à coup je l’ai vu freiner d’urgence et s’arrêter au milieu de la route et d’un virage pour prendre en photo cet oiseau…

martin triste

… qu’il avait repéré depuis quelques jours ! C’est un oiseau qui se promène (oui il marche beaucoup) souvent au milieu de la route. Alors, allez savoir pourquoi, et n’ayant jamais rencontré cette bête avant, Georges l’a appelé “l’oiseau jaune”. On a rapporté pas mal de photos de lui de nos 10 jours passés là-bas…

Mais on n’e l’a plus revu nulle part ensuite dans nos différents voyages, ni en Amérique du sud. Mais, un jour, à Tahiti (puis en Nouvelle Zélande et en Australie), voilà le retour de l’oiseau jaune ! Et là Georges s’est lancé dans des recherches encyclopédiques ( faut bien se documenter) pour apprendre que l’oiseau jaune était en fait un Martin triste !

Le Martin triste aime vivre en groupe mais , nous, on l’a le plus souvent rencontré en couple. S’il a été introduit dans différentes îles de l’hémisphère sud c’était surtout pour protéger les récoltes des sauterelles et autres insectes. Mais il s’est tellement bien installé qu’il a tout bouffé et il est considéré maintenant comme une espèce invasive. Par contre cet oiseau assez familier à l’état sauvage s’apprivoise sans difficulté et apprend même facilement à parler et à contrefaire le cri des animaux !

Maintenant le problème que Georges se pose est celui-ci : comment faire venir un couple de “Martin triste” au Jardin des Plantes à Angers ? Si vous avez des idées…

Bon sinon, j’ai subi un nouveau freinage-calage avec la camionnette la semaine dernière mais sur la berne ce coup-ci et pour la bonne cause. Nous avons vu et photographié un animal qui devient de plus en plus rare (pour info, surtout pour ma cousine Gaëlle, c’était à côté de Mission Beach), un Casoar à casque !

casoar

C’est un oiseau qui mesure de 1,50 à 1,80 et qui peut peser jusqu’à 75 kg. C’est un animal solitaire avec une femelle dominante : c’est elle qui choisit le mâle avec lequel elle s’accouplera (Ne vous laissez pas faire les filles …Casoar !). Si deux animaux se rencontrent, le mâle se retirera devant une femelle ; s’il s’agit de deux mâles ils se défieront en grondant et en dressant leurs plumes jusqu’à ce que l’un des deux s’écarte.

C’était quand même impressionnant d’en voir un ailleurs que dans un zoo, il est beau mais extrêmement étrange cet oiseau !

Pour finir et pour l’anecdote, on a rencontré aujourd’hui à Sydney, un autre oiseau échappé de son nid mail il ne vole pas celui-là (encore que…), je veux parler du Hollande en vadrouille !

hollande

Et oui, même à l’autre bout du monde, il nous a retrouvé, on peut pas être tranquilles !

Allez, Topette !

10 réflexions au sujet de « Drôles d’oiseaux »

  1. Dom

    En tous cas, faire venir un couple de “Hollande” au jardin des plantes à Angers, ça a l’air compliqué …
    Paraît que ça garde pas longtemps ses femelles cette espèce là …

    Répondre
    1. topettetopette Auteur de l’article

      Hé, hé… Je crois qu’effectivement ça déjà été tenté sans succès… mais hier on n’a vu ni poule ni poulette autour de lui !

      Répondre
  2. Myriam

    Pourquoi tu n’as aucune photos flous sauf celle de Hollande tout seul! Disons que si, c’est les branchages qui sont nets! Il est perturbant à ce point? Tu étais peut être grimpé sur les épaules de Georges.

    Tes oiseaux sont magnifiques et Georges a malgré lui l’esprit du chasseur pour repérer ces proies en roulant.
    Et je viens de voir , que tu as écrit un nouveau mot pour email :nid mail, ça perturbe vraiment un président!!

    Répondre
    1. topettetopette Auteur de l’article

      la photo est de Georges, les miennes étaient pires mais la police ne voulait pas qu’on s’approche donc ce n’était pas simple au zoom.
      Le casoar on ne pouvait pas le rater c’est quand même un peu gros !
      Nid mail c’est pas mal mais pas fait exprès !

      Répondre
  3. mélilotus

    héhéhé, Hollande au pays des oiseaux ;o) Tellement plus intéressée par les agissements politiques que je n’avais même pas capté qu’il était passé vous rendre visite !!!
    Magnifique ce reportage Martine. Ça me change de la petite mésange charbonnière qui passe par la courette “-“

    Répondre
  4. Philippe

    Salut les Casoaropettes !!

    Que de beaux oiseaux, mais ce Casoar à casque est considéré comme le “volatile” (ses ancêtres devait voler mais pour lui, c’est fini depuis des millénaires) le plus dangereux au monde .
    De nombreux accidents mortels sont à déplorer en Australie.
    Heureusement vous avez trouvé un “épouvantail” pour décourager les oiseaux agressifs hihi !!
    A+

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *