Sydney m’était conté

Après un road-trip de 5440 kms qui nous a vu longer la côte est de l’Australie de Melbourne à Cairns pendant 28 jours, 3 heures d’avion nous ont ramenées en arrière de 2500 kms.

Nous voici donc à Sydney, ville la plus peuplée d’Australie avec environ 4,8 millions d’habitants. Ce n’est cependant pas la capitale du pays, sa rivalité avec Melbourne ayant fait choisir Canberra comme voie de compromis pour éviter de froisser les susceptibilités des habitants de ces deux grosses villes.

Nous logeons dans un charmant appartement d’une petite rue bordée de jacarandas en fleurs au bord de la Rushcutters bay. Il nous semble immense après pratiquement 2 mois passés dans les 4,67m2 de la camionnette-à-tout-faire !

appartement

Nous somme donc devenus de parfaits Sydneysiders comme on appelle ici les habitants de cette grande ville.

On vous le dit de suite, autant nous n’avions pas été emballés par Melbourne autant nous le sommes par Sydney qui figurera sûrement en bonne place au hit-parade de nos villes préférées !

Cette ville réunit le charme des maisons relativement anciennes, rappelant par instant les rues londoniennes, avec la froide beauté des immeubles ultra-modernes de la city. Le tout au bord d’un ensemble de baies qui se touchent et qui ont chacune leur propre identité.

ville

Les promenades sont donc diversifiées et, avec le beau temps de ce début d’été, très agréables dans cette ville cosmopolite où plus de 250 langues sont parlées et où près d’un habitant sur trois parle une langue autre que l’anglais.

immeubles

Nous avons flâné dans le plus vieux quartier de la ville qui s’appelle “The Rocks” et que ses habitants aimeraient bien voir échapper à l’appétit des investisseurs.Rocks

Il se situe juste au pied du mondialement célèbre Harbour Bridge inauguré en 1932 et auquel les habitants de Sydney sont très attachés. C’est le pont le plus large du monde avec ses 48,80 mètres et il permet le passage à la fois des voitures du train et des piétons le tout à 134 mètres au dessus de l’eau.

pont 2

Une des attractions majeures de la ville est le “BridgeClimb” qui consiste en une promenade sur les arches du pont. A réserver aux insensibles à la peur du vide (et à celle du vidage de porte-monnaie !)

pont marche

Le non moins célèbre opéra inauguré en 1973, après 16 ans de construction, avec sa toiture imitant un voilier pour les uns ou un coquillage pour les autres lui fait face sur l’autre pointe de la “Sydney Cove” .

opera

On doit ce bâtiment à l’architecte danois Jorn ULTZON et la toiture est composée de tuiles de céramique blanche qui brillent au soleil.

opera 2

On peut réunir ces deux emblèmes de Sydney sur la même photo en allant à l’endroit ou nous avons croisé le Président français en train d’œuvrer pour le pays (on ne l’a pas vu prendre de photo, lui !).

pont

Au fond de la “Sydney Cove” se trouve le terminal des nombreux ferrys qui sillonnent continuellement les différentes baies comme des autobus des mers.

ferry

Nous en avons d’ailleurs pris un qui nous a emmené jusqu’au quartier de “Darling Harbour”, devenu un haut lieu de shopping, restauration, sorties et amusement de la ville. La aussi comme partout dans les parcs de la ville à l’heure du déjeuner on peut croiser bon nombre d’australiens qui courent. D’autre déjeunent sur les pelouses (qui sont loin d’être interdites comme en France) et on en a même vu qui jouaient au ping-pong avec le costume-cravate (sans la veste quand même !) et d’autres qui soulevaient de la fonte.

cool

Ce côté décontracté est d’ailleurs ce qui les différencient des habitants de Melbourne que nous avions trouvés beaucoup plus pressés et affairés comme des bons parisiens quoi !

velo

Il est beau ce cycliste avec son casque pastèque, non ? Par contre je ne suis pas certain que le vélo soit hyper pratique à manier… Question d’habitude sûrement.

Un des traits caractéristiques des australiens que nous avons vus partout lors de notre périple, c’est le fait de porter majoritairement des uniformes ou tout au moins des tenues qui les identifient à l’entreprise pour laquelle il travaillent. Et ça commence à l’école visiblement…

ecoliersSydney est un port, et dans tous les ports il y a des marins (qui chantent ?). Au début on croyait qu’ils s’étaient mis a sécher mais non, en fait il étaient en train de s’amuser avec leur voiles ! Chacun ses plaisirs…marins

Au moins un plaisir que nous avons en commun avec eux est celui des voyages et nous avons trouvé au coin d’une rue à côté d’une fontaine rafraichissante une pancarte nous rappelant que nous étions à plus de 16000 kms de la France.

fontaine

La route du retour est heureusement encore longue et sûrement pleine d’agréable découvertes à faire ! Nous commençons par prendre le métro pour retrouver notre appartement et demain nous prenons l’avion pour changer de continent et commencer la visite de l’Asie par Bali.

nous

Yzontypasbonneminelesdeuxvoyageurs ?

Allez, Topette !

17 réflexions sur « Sydney m’était conté »

  1. Cela passe vite quand même; alors pour Bali, je vais être curieuse de voir votre ressenti par rapport à nous.
    Bon transfert

  2. Excellent: “les marins mis à sécher” hi, hi, hi …
    En tout cas, vous avez bonne mine; ça fait plaisir de vous voir ainsi …

  3. Salut les rosestatoopettes !

    Un bien beau périple sur ce vaste continent et ces quelques jours à Sydney souvent comparé à San Francisco !!
    Prochaine étape, ..le paradiBali, si vous évitez les stations balnéaires !!
    Ubud, Munduk et les lacs, Batur, Besakih, Pemuteran, Ahmed, …il y a de quoi faire !!
    Bises
    à plus

    1. Non, à Sydney ce sont les perroquets qui viennent manger des graines sur le rebord de la fenêtre ! C’est heureux que ce ne soit pas des kangourous d’ailleurs ………

Les commentaires sont fermés.