Dans la moiteur balinaise

Changement de pays, changement  de continent, changement de temps… en arrivant à Bali dans la nuit, il y a déjà une semaine, on peut dire qu’on s’est sentis tout liquide d’un coup ! Faut dire que le taux d’humidité est facilement de 70%… il peut même monter à 100% quand les orages éclatent ! On est quand même chanceux car la pluie est chaude et que du coup on a l’impression de prendre une bonne douche… sans savon !

Mais oublions ces considérations météorologiques (en plus il pleut seulement en fin d’après midi et la nuit) et promenez-vous, avec nous, dans la ville d’Ubud en Indonésie.

Ubud est une ville de 8000 habitants mais à laquelle se sont rattachés de nombreux villages. La ville est en plein développement et les nouvelles maisons poussent un peu partout.ville

Toute l’île de Bali est tournée vers le tourisme, les vacanciers sont très sollicités pour un taxi ou un achat et il faut être vigilants pour circuler au milieu des centaines de scooters ! Mais tout se fait avec le sourire et les habitants sont rarement insistants, on retient surtout leur grande gentillesse.

Et pas de construction sans échafaudage assez impressionnants en bois et bambous. Mais c’est du solide !

bambou

Ce qui nous a surpris se sont les nombreux temples que chacun construit dans son jardin ! Le pays est de religion hindoue, que nous ne connaissons pas vraiment, et les cérémonies sont nombreuses et très suivies. Plusieurs fois par jour, les femmes déposent par terre, sur les trottoirs, devant l’entrée des maisons ou au pied des statues, des petites offrandes constituées de fleurs, riz, épices… Il va falloir qu’on se documente sur cette religion pour la comprendre un peu mieux et on doit la retrouver en Inde.

temples

Les animaux sont également vénérés dans la religion hindoue, notamment les singes représentés par le dieu Hanunan. On peut voir, dans une belle forêt, la Sacred Monkey Forest, une communauté de macaques déambuler au milieu des temples. Ils sont évidemment très choyés.singes
Un joli temple à voir à Ubud, celui de Saraswati, et surtout un bassin de nénuphars… rafraîchissant !

temple

Un peu plus loin nous nous sommes engagés dans une ruelle pour arriver dans les rizières. Dans celles-ci le riz était mûr et la récolte était bien entamée. Le riz est coupé, égrené puis mis à sécher.

homme riz

L’épouvantail musical se mettait en action dès qu’un petit vent se levait…rizieres2
Ubud est également réputé pour le talent de ses artistes peintres et ce depuis de nombreuses années. Plusieurs musées dans la ville présentent leurs œuvres et nous avons choisi de rendre visite au Blanco Renaissance Museum. Antonio Blanco est un peintre d’origine philippine et espagnole, né en 1911, installé par amour à Bali de 1952 à sa mort en 1999.  Il était très connu à travers le monde et on l’appelait souvent le Dali d’Indonésie. Il avait construit sa maison sur les hauteurs d’Ubud où se trouve également le musée et l’ensemble est très agréable à visiter. Son fils, Mario, également peintre réputé, poursuit l’œuvre de son père.

antonio blanco

Antonio Blanco aimait peindre les jeunes danseuses balinaises (dénudées de préférence) mais on ne peut pas montrer les tableaux car il est interdit de prendre des photos. Il aimait également beaucoup les oiseaux exotiques et nous avons pu en voir différents spécimens dans le jardin.

oiseaux

Celui du bas est vraiment bizarre…

Après cette visite nous avons poursuivi notre ballade au milieu des rizières pour aller déjeuner. Quelques restaurants y sont installés, offrant une belle vue sur les champs et… les travailleurs !

rizieres 4

A peine récoltées certaines parcelles sont replantées. Selon les espèces le riz arrive à maturité entre 3 et 9 mois.

rizieres 3

Pour ceux et celles qui s’inquièteraient de savoir si on mange bien, rassurez vous la cuisine indonésienne est très bonne. La base reste le riz et les nouilles mais avec beaucoup de légumes et de fruits. La preuve en images…

repas à 2


Oui Bastien, ton père a bien du Tofu dans son assiette ! (à gauche)… et deux crêpes à la banane avec glace à la vanille… 

On est toujours à Ubud, on prend notre temps pour visiter, tout va donc très bien !

Allez, Topette !

11 réflexions sur « Dans la moiteur balinaise »

  1. Le changement avec l’Australie a l’air énorme, tant du point de vue du climat que du point de vue civilisation.
    Les deux dernières photos sont superbes.
    L’oiseau du bas n’était pas mal non plus …
    Biz
    M&D

    1. Pour le coup on fait le grand écart avec l’Australie ! Tout change mais c’est bien agréable… On vient de commencer une cure de riz et de nouilles et ça ne va pas s’arrêter de sitôt !

  2. Aaaaah, j’aime beaucoup ce changement de décor !
    Vos assiettes ont l’air bien sympathiques, ainsi que vos boissons colorées ;o)
    Petite remarque au passage : Georges porte très bien la chemise “-“

  3. Ah oui, quel changement !!
    Beaucoup de couleurs, tant dans l’environnement que dans les assiettes ou les verres !

    Hé dites, vous avez bien pris un crocodile à bouts de bras, vous prendrez bien un petit singe à votre cou cette fois !!

    1. Le singe montre facilement ses dents et c’est pas facile de mettre un scotch… C’est certain qu’on a débuté un changement total en arrivant en Indonésie !

  4. Chouette, un nouveau continent! je sens que ça va être chouette!! Vous respirez le bien être sur vos photos!! Biz

    1. Et pourtant on n’était pas trop tranquilles, les nuages étaient noirs et l’orage grondait au loin ! Mais on a réussi à passer entre les gouttes !

  5. Salut les Payangopettes !
    Que de souvenirs, cette ile…. , Avez vous été au Gunung Batur, cette caldeira de 14 kms avec son lac en demi lune.
    Ca devait donner de belles éruptions !!
    Du haut du Gunung Batur (1717 m) et relativement facile vous pouvez voir Le volcan de Lombok (Le rinjani) et le Merapi sur l’ile de Java.
    Un séjour à Munduk, lac et cascades s’impose.
    En continuant vers l’est, donc Java quelques jours à Pémuteran permettent de profiter de la mer. Apparition de le première Mosquée et arrêt à Pulau Menjangan avant de prendre le bateau pour Java….

    A+

    1. On a bien vu le mont Batur mais l’horizon était très bouché, les nuages noirs sont arrivés très vite ! On a quand même réussi à visiter plein de beaux endroits mais la saison des pluies débute et il est rare qu’il fasse beau toute la journée. Pas simple de partir en altitude dans ces cas là…

Les commentaires sont fermés.