Juste une illusion

Profitant d’un après-midi moins jeune, ou pluvieux c’est selon, nous allons tenter de mettre à jour le blog qui a pris pas mal de retard.
Quittant la région des fjords, nous contournons la montagne pour rejoindre Queenstown en repassant par Te Anau, car il n’y a pas d’autre route possible.

Quelques arrêts s’imposent naturellement aux “lookout” (point de vue en français) qui jalonnent la belle route qui nous emmène à Queenstown.

On ne s’en lasse pas de ces trois couleurs dominantes : vert pour les pâturages, blanc pour la neige les moutons et les quelques nuages, bleu pour les lacs et le ciel !

Un peu partout sur l’île du sud on a vu des élevages de moutons, vaches, bœufs et aussi un animal moins courant, le cerf (dans certains cas des wapitis).

On a été un peu surpris de voir de grands troupeaux de ces cervidés brouter l’herbe d’immenses pâturages.
Principalement élevés pour leur viande, ils le sont aussi pour leur bois. Les ramures poussent tous les ans et elles sont coupées (sous anesthésie !), gelées puis vendues. Le “velours” est prélevé sur les bois et est utilisé pour ses vertus médicinales, contre l’hypertension et l’arthrite (en Asie). Il est possible d’en récolter jusqu’à 10kg par an et par animal ! Heureusement qu’on voyage, on apprend plein de choses qu’on peut partager… Et vous ne serez pas étonnés de voir plein de cerfs en Nouvelle Zélande ! (clin d’œil à Fab et Isa).

Nous voilà à Queenstown, ville d’environ 11000 habitants située au bord du lac Wakatipu.

Cette ville s’est spécialisée dans les sensations fortes telles que le saut à l’élastique (inventé ici) le rafting, le hors-bord, le parapente, le parachute, etc… Elle est surnommée la capitale mondiale de l’aventure.
En saison c’est aussi une station de sports d’hiver réputée.

Il est possible de faire des croisières sur le lac Wakatipu à bord du TSS Earnslaw, un bateau à vapeur datant de 1912.
Il a été livré la même année que le Titanic mais lui n’a jamais coulé et assure le transport des passagers sur le lac Wakatipu depuis un siècle. L’équipage alimente sa cheminée avec une tonne de charbon toutes les heures !

C’est le dernier navire de son genre en activité dans l’hémisphère sud et il a fait une petite apparition au cinéma dans le dernier Indiana Jones.

On a hésité entre les diverses activités qu’on avait vues, avec une petite attirance pour une table tout confort à gauche sur la photo (chauffage + plaid, ça doit pas être mal !).

Finalement on s’est contenté du plaisir des yeux dans cette ville, il faut bien le dire un peu artificielle.

A l’heure du repas, nous avons fait halte chez Fergburger. Ce fast-food se vante de servir les meilleurs hamburgers de Nouvelle-Zélande et même du monde. Il est ouvert de 8 heures 30 jusqu’à 5 heures le matin suivant.

On s’est donc dévoué, et on a testé pour vous le Fergburger Deluxe (on ne se refuse rien..).
Le burger est gros et il est excellent de l’avis unanime de la Team Topette ! Donc quand vous passerez dans le coin, n’hésitez pas, on vous le recommande.

Un truc qui nous plait beaucoup ici, ce sont les boîtes aux lettres.

Souvent regroupées (ça doit simplifier le travail du facteur) elles sont souvent décorées, voire bricolées, par leurs propriétaires. C’est sympa à voir (et encore on ne vous à pas mis toute la rangée).

De Queenstown en longeant le lac Wakatipu on atteint facilement la petite bourgade de Glenorchy.

Cette route est une des plus belle route de l’Île du Sud, on a envie de tout photographier !

Le lac, la montagne, la neige, le reflet ….

La neige, le lac, le reflet, la montagne …

La montagne, le lac, le reflet, la neige …

Le reflet, la neige, la montagne, le lac ….

Allez, on arrête là ! Ah si, l’eau aussi ça le fait bien.

Avec tout ça on n’avance pas vite mais on finit quand même par arriver à Glenorchy qui n’est finalement qu’à une cinquantaine de kilomètres de Queenstown.

Il parait que Glenorchy produit un excellent whisky qui porte son nom, mais on n’a vu ni distillerie ni bouteille de whisky à vendre. Serait-ce une légende néo-zélandaise ?

A défaut on a vu des arbres qui poussent dans l’eau, des montagnes, des palmiers et encore un oiseau inconnu.
Amis amateurs d’ornithologie, n’hésitez surtout pas à nous éclairer comme vous savez si bien le faire !

Et puis c’était jour de fête à Glenorchy.

Il y avait un petit marché animé par deux musiciens. On vous fait profiter du live, bande de petits veinards !
Sous un superbe soleil, on en redemande !

Le lendemain, départ pour Wanaka avec un arrêt à Arrotown, ancienne ville d’exploitation aurifère située sur les rives de la rivière Arrow, d’où son nom.

A 300 mètres du centre du village on trouve les ruines de l’ancien campement bâti par les immigrants chinois d’Arrowtown. Quand le volume d’or trouvé dans la rivière a commencé à diminuer, pour que le village ne devienne pas fantôme, on fit venir par bateau des Chinois en leur faisant miroiter les pépites d’or.
La famine qui sévissait en Chine à l’époque et la perspective de rentrer au pays fortune faite suffirent à convaincre 5000 pauvres bougres de s’expatrier. Réputés travailleurs, les Chinois sont parqués en dehors du village, en raison de ce qu’il faut bien appeler une ségrégation raciale.

Le village en lui-même fut fondé durant la grande ruée vers l’or de 1862. Il en a conservé un côté “Far West” assez prononcé, et 70 constructions datent de cette époque.

Et une photo de la poste, pour notre postier préféré !

Non prenons ensuite la destination de Wanaka pour y passer la nuit.

Toujours quelques beaux paysages et une petite église remarquée à Cardrona lors de notre pause déjeuner dans la camionnette-à-tout-faire.

Wanaka est une petite ville située au bord du lac éponyme.

On ne se plaint pas de la vue qu’on a du lit (photo en bas à gauche) même si, visiblement certains ont aussi une belle vue dans leur belle voiture !

On se rend rapidement compte, encore une fois, que la signalisation néo-zélandaise est bien faite et ne laisse rien passer.

Mais Wanaka est célèbre pour deux choses.
La première est ce qu’on appelle ici le Wanaka Tree et qui est, parait-il, l’arbre le plus photographié de Nouvelle-Zélande.

On a fait comme tout le monde, clic-clac merci Kodak.
Du coup ça fait monter le score de photographies, bien joué les kiwis !

La deuxième chose qui rend Wanaka célèbre est la Puzzling World.

Le Puzzling World est un petit parc d’attractions avec un labyrinthe (bof) et des salles sur l’illusion d’optique.
Cette partie était la plus intéressante et la plus ludique.

Par exemple, combien voit-on d’animaux sur le dessin de droite et sont-ce des colonnes ou des personnages à gauche ?

Le tricot de face ne laisse rien voir, il faut regarder de biais pour que se révèle le portait d’Einstein.

La question est dans le tableau. Les non-anglophones peuvent prendre un dictionnaire ou se faire aider par un voisin anglais, bloqué en France par le brexit.

Et une dernière pour la route qui, la Team Topette ! n’en doute pas, fera bien rigoler en France.
C’est pas tout ça, mais on a le spa qui nous attend …

Allez, Topette !

14 réflexions sur « Juste une illusion »

  1. Merci pour le voyage !
    Au vu du mirifique cadeau que j’ai obtenu lors de la dernière session du “Concours Ornitho Topette”, je retente ma chance…
    Je dirais : Le grèbe huppé.
    Bises

    1. Georges est très impressionné, il en reste béat d’admiration ! Du coup il suggère que tu payes un deuxième coup en mars ! Mais c’est vrai que tes connaissances ornithologiques nous sont bien utiles… Est-ce un début de reconversion ?

    1. Cher Coton tige, sache que ce n’est pas joli joli de se moquer des plus vieux que soi !
      Et que Georges a un vrai problème avec ses photos en format portrait, c’est souvent moi qui m’y colle pour les retourner. Et en plus, cette année, s’ajoute un léger penchant, à droite ou à gauche, je n’ai pas encore déterminé… mais sur tes bons conseils il essaye de rectifier !
      See you soon

  2. Les asiatiques se sont beaucoup investis dans l’utilisation des différentes parties d’animaux (cerf, baleine, rhinocéros etc.). Du coup, ils se sont moins investis dans l’utilisation des différentes parties des WC (cf. précédemment).

    1. Merci de cet éclairage pointu sur la psychologie asiatique, qui nous aide à mieux appréhender le comportement, parfois déroutant, de ces nouveaux touristes. Un autre jour il est possible que nous abordions leur rapport à la nourriture, qui nous surprend parfois dans les cuisines communes des campings, d’ailleurs très bien équipées (les cuisines bien sûr…).

  3. J’ai pris un peu de retard dans la lecture de vos aventures mais je ne regrette pas cet article ! C’est fou (et bien dommage) comment j’avais oublié les cerfs, les boites à lettres, la surprotection de signalisation, le petit village de Arrowtown… Merci mille fois et du coup ça me donnerait envie de relire la partie néo-zélandaise du Grand voyage de Fabisa !! Mais en fait non, je vais plutôt me précipiter sur l’article suivant signé Team Topette !

  4. Merci de passer nous voir, je pense que ça va vous donner envie de revenir chez les Kiwis ! J’ai relu tous vos articles concernant le pays et, je vous l’accorde, il est 10000 fois plus beau sous le soleil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *