Voilà, c’est fini…

…Comme dirait l’ancien téléphoniste !
Et oui nous sommes depuis aujourd’hui au pays des kangourous, d’Airbourne et des loriquets.
Mais finissons d’abord de vous narrer nos vacances de deux mois en Nouvelle-Zélande.
Du Cap Reinga où nous vous avions laissés, nous sommes redescendus doucement vers le sud (forcément, la camionnette-à-tout-faire a quand même certaines limites côté maritime).

Sur la côte ouest de la péninsule au bout de laquelle se situe le Cap Reinga se trouve la 90 Mile Beach. Cette plage ne fait pas réellement 90 Miles de long, mais seulement 56, ce qui correspond à environ 90 kms.

La curiosité de cette plage est d’être une autoroute, parfois utilisée comme déviation de l’autoroute principale, la State Highway 1 lors de travaux. Dans le passé cette plage a également été utilisée comme piste d’atterrissage pour les avions de transport de courrier en provenance d’Australie.
Bon on ne va pas se raconter d’histoire, ça reste du sable au bord de l’eau, pas de quoi en faire cinquante photos non plus.

Et puis nous avons fait halte à Paihia.

Le camping était au bord de l’eau, on regardait passer les bateaux …

Et puis on a réussi à photographier un Fentail (ou Rhipidure à collier), et vu la vélocité du moineau, c’est pas facile ! (on dirait un angry bird sur la photo en bas à gauche).

On a revu les déjà connus Colin de Californie et Hirondelle Rustique, mais on ne s’en lasse pas.

Et puis bien sûr, notre préféré, le Tui, toujours aussi farouche (des heures à le traquer avec l’appareil photo !).

Décidément ce camping était plein de ressources, il y avait même un Pohutukawa. Cet arbre sacré pour les maoris est connu comme l’arbre de Noël de Nouvelle-Zélande parce qu’il produit des masses de fleurs rouges en pointes brillantes vers Noël.

Il y avait aussi un autre arbre qui avait des fleurs rouges, mais on ne sait pas comment il s’appelle (l’oiseau qui est dedans, c’est un Tui mais je pense que maintenant vous aussi vous les reconnaissez !).

A Paihia, il y a deux bibliothèques, une grande et une miniature !

Et puis une maison dans laquelle on pourrait facilement s’installer. Ah, au fait on ne vous a pas dit, mais Paihia c’est juste en face de Russell avec un ferry qui fait la navette en 10 minutes (relisez l’article précédent et vous comprendrez mieux…).

Non loin de Paihia, se trouve Waitangi, célèbre dans toute la Nouvelle-Zélande à cause du traité qui y a été signé le 6 février 1840 entre les anglais et les māoris.

Ce traité fit formellement de la Nouvelle-Zélande une colonie britannique et peut être considéré comme l’acte de fondation de cette nation. L’interprétation des mots de sa version māori reste l’objet de vives controverses et prend encore de nos jours une place importante dans la politique néo-zélandaise.

Sur notre route, se trouvait Kawakawa. Tout le monde s’y arrête pour visiter les toilettes publiques !
Il faut dire qu’elles sont l’œuvre de l’artiste autrichien Hundertwasser.

Hundertwasser (de son vrai nom Friedrich Stowasser) a participé activement concevant, entre autres, les colonnes de ses propres mains et les recouvrant de céramique importée d’Asie. Il a aussi ajouté un mur de bouteilles, en référence à la « Bottlehouse » qu’il avait construite pour sa propriété.
Tout ça fait de Kawakawa un chouette petit coin !

Quelques kilomètres plus loin, en arrivant à Whangarei nous avons une impression de “déjà vu”.

Il s’agit d’une structure en spirale connue sous le nom de folie qui a été conçue pour permettre aux artisans locaux de se familiariser avec les techniques de construction de style Hundertwasser.

Un peu plus loin, on s’aperçoit qu’il suffit parfois d’un peu de couleur pour rendre les objets plus gais.

On se promène en regardant les maisons qui nous plaisent.

On regarde les fleurs qu’on ne connaît pas, mais qui sont chouettes quand même.

Pendant ce temps-là, un Pied Shag (Cormoran) est à la pêche dans le port.

Comme on aime bien les musées néo-zélandais et qu’un rien nous amuse, on s’arrête à celui de Waipu.

Il raconte l’histoire de la grande migration du clan écossais des McLeod, sous la houlette du charismatique révérend Norman McLeod (quoique pas forcément comique), qui vint s’implanter à Waipu fuyant la misère qui sévissait alors en Ecosse.

Nous arrivons ensuite à Devonport, dans la banlieue d’Auckland.

Devonport c’est la banlieue chic d’Auckland qui lui fait face. On y voit de belles maisons victoriennes.

Mais aussi des maisons en bois plus contemporaines mais toujours très chic, très belles … et sûrement très chères.

Un mur peint et des enseignes anciennes et récentes ajoutent au charme ambiant.

Deux gros arbres qui nous font penser aux temples d’Angkor.

Et bien sûr des oiseaux un Chardonneret Elégant juvénile (une fois adulte, il aura la tête colorée) et une Perruche Omnicolore (ou Eastern Rosella).

Nous avons pris de la hauteur au sommet du mont Victoria d’où on a une belle vue sur Auckland, malgré un ciel gris ce jour-là, puis nous avons pris le ferry qui en 10 minutes nous à déposé au cœur de la plus grande ville néo-zélandaise.

Auckland est la plus grande zone urbaine du pays. Elle compte environ 1 500 000 habitants (soit plus d’un quart de la population du pays).

Elle est reconnaissable à sa Sky Tower qui, du haut de ses 328 mètres, est le plus haut édifice de l’hémisphère sud.
En ce moment il y a aussi un très grand Père Noël avec ses rennes, mais nous n’avons aucune indication sur les indices de hauteur des Père Noël dans l’hémisphère sud (et même nord d’ailleurs).

Comme partout dans le pays, la population néo-zélandaise est férue de boules (mais visiblement plutôt senior la population, quelle santé !).

Comme jusqu’à maintenant vous aviez échappé au coucher de soleil qui réjouit le photographe, on vous colle un lever de soleil (à notre âge on se couche plus tôt mais on se lève aussi plus tôt, ceci explique sans doute cela).

Comme les vacances sont finies en Nouvelle-Zélande, on va en profiter pour commencer celles d’Australie !

Allez, Topette !

7 réflexions sur « Voilà, c’est fini… »

  1. Ca alors, vous avez vu un McLeod, moi je connais un Conrad McLeod, un immortel, un Highlander .
    Comme d’ab j’aime beaucoup toutes ces couleurs, cela doit avoir un impact sur le moral des populations.
    Bon allez Topette

    1. Le Norman McLeod dont on parle n’était pas un highlander mais pas loin quand même, il a survécut à plein de trucs pas cool comme la typhoïde entre autre !
      As-tu été voir Bohemian Rhapsody au cinoche ? J’ai un peu les boules que ça sorte quand je ne suis pas là !
      A plus mon Bill.

      1. J’avais pourtant téléphoné aux producteurs afin qu’ils attendent ton retour pour sortir le film.
        Je l’ai vu deux fois, l’acteur qui fait Freddy est excellent, manque peut être un peu de carrure, quand aux trois autres c’est pratiquement des copies conformes. Bien sur c’est un peu raccourci, manque des périodes, des personnages, et quelques erreurs chronologiques, mais la musique est excellente.
        Tu auras toujours la ressource du dvd mais bon ce n’est pas pareil.
        Bon allez topette et bonne route les jeunes

  2. Côté musée, c’est très éclectique !!!
    Je pense qu’un Pohutukawa serait du plus bel effet dans notre salon pour Noël … dommage qu’il faille aller le chercher si loin 🙁
    Je vous souhaite autant de jolis paysages à voir en Australie. Et je suis sûre que ça va le faire “-”
    des bisouxxxx

    1. C’est vrai que des musées, il y en avait un peu partout, et leur point commun c’est qu’ils étaient tous super bien faits et toujours intéressants.
      Méfies-toi si tu mets un Pohutukawa dans ton salon, c’est assez vite encombrant et tu n’es pas à l’abri qu’il te soit livré avec un Tui à l’intérieur !
      L’Australie commence plutôt bien, on s’est posé à Sydney juste après la tempête.
      Bises les rémois.

  3. Salut les amis,
    j’adore la touche de couleurs , ça au moins c’est positif . Pour l’instant chez nous c’est plutôt tendance au jaune, on va voir si ça va se transformer en positif !!!Pour ta petite fleur rouge orange c’est surement l’erythrina ou fleur à corail.
    Je trouve que vous avez un coté immobilier depuis un moment, vous ne voulez pas acheter
    par là-bas !!
    Bonne route
    Biz

    1. Merci Myriam pour ce nom de fleur qui nous semble effectivement bien correspondre !
      Côté immobilier on regarde ça de près, reste plus qu’à acheter un A380 pour y aller en week-end …
      Biz à vous tous,
      La Team Topette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *