Le soleil vient de se lever …

Nous ne résistons pas à l’envie de vous faire partager notre bonne humeur du matin grâce à cette magnifique chanson du très justement inconnu groupe Pacific Orchestra qui a vainement essayé de sortir de l’anonymat en recyclant une publicité très connue (bien mal acquis …).

Nous vous avions laissés à Lakes Entrance sous une chaleur torride.

Notre camping étant situé juste en face du bowling, nous avons profité d’un après-midi de compétition pour mieux comprendre les règles de ce jeu, qui se joue en équipe de 4 joueurs (2 boules chacun) et dont le score est le résultat cumulé de toutes les équipes engagées.
On remarquera en haut à droite sur la photo, l’utilisation d’un accessoire pour lancer la boule (un “lance-boule” peut-être ? ou bien un “j’peux plus me baisser” ?).

C’est à Lakes Entrance (ainsi nommée car cette ville est située à l’entrée de la région des lacs du Gippsland couvrant une superficie d’environ 600 km²) que nous avons vu nos premiers Pélicans du voyage.

Puis nous sommes allés sur une petite île qu’on rejoint avec un ferry (qui tient plus du bac, d’ailleurs il est gratuit pour les piétons) au terme d’une traversée d’au moins deux minutes.

Cette île s’appelle Raymond Island et on y allait pour voir des Koalas.

Mais c’est une famille de kangourous qui nous souhaita la bienvenue en premier. Il faut dire que sur cette petite île peu peuplée, les animaux sont tranquilles.

Et puis à force de marcher la tête en l’air, Martine grâce à ses yeux perçants (et à une bonne mutuelle) aperçut le premier de ce qui allait être une longue série.

Nous avons vu pas moins d’une trentaine de koalas différents au cours de cette balade de deux heures !

Le koala mesure entre 61 et 85 cm et pèse entre 4 et 14 kg. Il est endémique d’Australie et est étroitement lié à l’eucalyptus, dont il ne mange que les feuilles de certaines espèces. Les mâles peuvent vivre en moyenne 15 ans, et les femelles 20 ans.

Après avoir été chassé massivement pour sa fourrure, il est aujourd’hui principalement menacé par la fragilité et le recul de son biotope.

Nous avons aussi vu une colonie de Cacatoès Corella, qui sont rigolos avec leurs yeux bleus (isabella ?).

Et en partant, de nouveau un Pélican à Lunettes.

Nous changeons d’île pour rejoindre Phillip Island.

Phillip Island est une île qui est reliée au continent (ou à la grande île, c’est comme on veut) par un pont d’une longueur de 640 mètres.

L’île a une superficie d’environ 100 km2 (26 km de long sur 9 km de large au maximum) et elle a 97 km de côtes.

Nous y retrouvons des Pukekos qui sont très intéressés par notre camionnette-à-tout-faire (et surtout par la nourriture qu’elle renferme).

Mais si tous les touristes se pressent sur Phillip Island c’est pour voir un autre animal.

En effet, une colonie de Manchots Pygmées loge à la pointe de l’île et tous les soirs, les parents rentrent de la pêche pour nourrir les petits restés au nid. Des gradins ont été installés et en échange d’un peu de bonne monnaie, on peut assister à la tombée de la nuit à la “Penguin Parade”.
Ne souhaitant pas rétribuer des gens qui ne font pas la différence entre des manchots et des pingouins, la Team Topette ! s’est contenté de prendre des photos des petits manchots bien à l’abri dans leur nid.

On a aussi vu des oies (Céréopse cendrées) qui allaient à la plage.

Et puis un kangourou roux qui faisait sa toilette et un ibis qui était à la pêche.

Le tout avec un beau ciel bleu. Il faut dire qu’ici le seul truc jaune qu’on a, il est rond et il est dans le ciel bleu !

Tout ça nous donne bonne mine, n’est-ce pas ?

Et comme on approche de Noël, on a décoré la camionnette-à-tout-faire avec un beau sapin !

On avait hésité avec le kangourou lumineux qui aurait été du plus bel effet, mais un doute sur le fait que la batterie tienne le coup nous a arrêté.

On vous offre par la même occasion le coucher de soleil qui ravit le photographe (on n’en avait pas encore casé un, du coup c’est fait).

Nous quittons Phillip Island pour poursuivre notre route.

Un kangourou était venu nous dire au revoir à la barrière du camping et ça nous a beaucoup touché.

On a bien vu que le pélican à lunettes et la mouette tachetée s’en fichaient un peu.

Et puis celui-là, il ne pensait rien, il avait trop la tête dans le cul !

Nous arrivons à Melbourne sous une chaleur accablante, qui se transformera en orage puis en pluie.

Le temps ne se prêtant pas à la promenade, nous partons à la recherche d’un coiffeur que nous trouvons au marché du quartier où se situe notre camping.

Le Preston Market est un marché couvert où on peut bien sûr faire ses courses, mais aussi manger sur les tables installées dans les allées et même jouer de la musique sur les pianos à disposition.

Le lendemain la pluie ayant cessée, nous sommes partis faire un tour en ville.

Nous avons retrouvé les monuments vus lors de notre tour du monde et d’autres qui nous avaient échappés.

Pas mal de monde dans les rues pour la dernière ligne droite des préparatifs de Noël.

Melbourne est aussi très réputée pour les graphs qui fleurissent dans certaines lanes. Certains plus irrévérencieux que d’autres.

Certains plus aboutis et plus grands que d’autres.

Et puis bien sûr il y a l’AC/DC Lane, avec des graphs dédiés au célèbre (et fabuleux) groupe australien.
On note un Bon Scott en relief absolument magnifique.

Mais on allait à Melbourne surtout parce qu’on avait rendez-vous.

En effet nous allions pour y rencontrer Sébastien et Lise, deux jeunes voyageurs qui ont un itinéraire similaire au notre à savoir Australie, Nouvelle-Zélande, Tasmanie mais pas forcément dans le même sens !
Du coup on s’est raté en Nouvelle-Zélande mais on a réussit à se rencontrer à Melbourne, ce qui nous a donné l’occasion d’un échange très sympa à l’heure du déjeuner et de faire une photo pour les parents de Sébastien, nos amis Céline et Philippe qui sont de fidèles lecteurs (et qui passeront eux aussi dans le coin mais après notre retour).
Il y aura sûrement beaucoup d’autres échanges, certaines soirées, quand tout le monde sera rentré à Angers !

L’après-midi nous sommes allés faire un tour à l’ACMI, le musée australien du cinéma où nous avons vu la voiture de Mad Max et des souvenirs de la série Skippy (qui ici s’appelait Skippy The Bush Kangaroo).

Et pour finir une rencontre improbable.

Celle de Martine en tee-shirt et en sandalettes avec le Père Noël !
Comme elle a été bien gentille cette année, il lui a donné une sucette.
Moi, j’ai rien eu, il avait du recevoir un coup de fil de mon patron.

Comme on n’est pas certains de pouvoir faire un nouveau post avant Noël, on vous souhaite à tous un :

Allez, Topette !

8 réflexions sur « Le soleil vient de se lever … »

    1. Il faudrait que tu nous montres une photo pour comparer.
      Nous on a deux preuves :
      – Une photo
      – Il a fait un cadeau à Martine
      Le vrai père Noël donne des cadeaux, si tu n’en a pas eu, c’était pas le vrai, na !

      La Team Topette Noël !

  1. Superbe, tous ces animaux, et surtout les koalas, j’adore !
    On ne connait pas Melbourne, mais les murs peints sont vraiment chouettes, ça donne envie…
    On vous souhaite un très bon Noël au chaud (nous aussi, la température devrait être bonne puisque l’on sera au Bélize dans quelques jours) !

    1. Nous aussi on adore les animaux et surtout les Koalas (en plus c’est facile de les prendre en photo, ils ne bougent pas beaucoup !).
      C’est vrai que les graphs de Melbourne sont bien sympas même s’ils ne sont pas aussi bien que ceux de Valparaiso. Personnellement entre Melbourne et Sydney, notre préférence va plutôt à Sydney.
      Merci pour le clin d’œil concernant les chauffeurs de taxis, ça nous a fait sourire !
      On vous souhaite aussi un très bon Noël au soleil, il devrait être au rendez-vous pour nous aussi à Adélaïde (il doit déjà y être car ici au mount gambier, il n’y est pas !)
      A bientôt
      La Team Topette !

  2. AC/DC Lane, c’est quand même la classe “-” et le pélican à lunettes a une certaine majesté quand il est sur l’eau ;o)
    Joyeux Noël les Amis, bisouxxxxx

    1. C’est vrai que le Pélican à lunettes à un port altier, voire aristocratique quand il est sur l’eau. Moins quand il a la tête dans le cul par contre !
      Bises les rémois
      La Team Topette !

Répondre à Bill Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *